WEBINAIRE SUR L’ORPAILLAGE

La Guinée, le Mali et le Sénégal sont les plus touchés par les dégâts liés à l’orpaillage clandestin. C’est le triste constat posé par les participants au webinaire sur les impacts des activités d’orpaillage dans la Falémé, organisé le 28 octobre 2020 par le Haut-Commissariat de l’OMVS, en rapport avec les services techniques des Etats membres et des Associations (Sauvons la Falémé et Veille et d’Alerte de la Falémé).  Cette situation prévaut partout malgré l’existence de législations au niveau des trois secteurs (eau, environnement et mines), sauf en Mauritanie où l’activité est récente (2016) et se fait dans la partie nord, loin du bassin.

A l’issue de ce webinaire ouvert par le Haut-Commissaire de l’OMVS, plusieurs recommandations ont été formulées, les principales étant de vvulgariser les textes de l’OMVS ; de privilégier la concertation (harmoniser les législations, renforcer les concertations interministérielles, faire régulièrement des missions conjointes, mettre en place une brigade mixte de lutte) ; d’encadrer l’activité d’orpaillage ; d’élaborer des programmes et projets de développement local au profit des orpailleurs (mesures d’accompagnement) ; de mettre en place un comité multi acteurs de sauvegarde de l’environnement ; de veiller à ce que l’activité d’orpaillage concentré au nord de la Mauritanie ne se propage vers le sud et enfin de sensibiliser les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OMVS.