VISITE DES TRAVAUX DU PGIRE DANS LES CERCLES DE KAYES ET BAFOULABE : Le Haut-Commissaire de l'OMVS dresse un bilan satisfaisant

Euphoriques ! Les populations de Dar es Salam, un village situé à quelques encablures de la ville de Kayes, ont témoigné toute leur reconnaissance à l’OMVS et particulièrement à l’équipe projet du PGIRE.

En effet, une vielle doléance des populations vient d’être résolue à travers la digue de protection construite sur les berges du fleuve Sénégal pour faire face l’érosion. Jadis confronté à la montée des eaux en période de crues qui occasionnait des inondations, ce village est aujourd’hui couvert par un mur de protection en gabions. Ce site est l’un des 5 sites protégés par plus de 4 km de murs en gabions associés à des escaliers de décente, des rampes d’accès, des enrochement et des seuils de sédimentation.

Situé à plus de 60 kilomètres de Kayes, le village de Tombocané a lui aussi bénéficié du même dispositif de protection.

Outre ces travaux de protection, dans le cadre du volet pêche du PGIRE, la ville de Kayes a bénéficié d’un quai d’accostage pour la pêche artisanale, d’un marché à poissons et d’une écloserie devant permettre de produire des œufs et des larves ou alevins, notamment de poissons, de crustacés et de mollusques.

La seconde étape de la mission PGIRE a été marquée par les travaux d’aménagement et extension des bas-fonds du PGIRE 1 dans le cercle de Bafoulabé. Ces travaux portent essentiellement sur la construction des seuils dans les bas-fonds des villages de Diallan, Kolondikoye, Kabaya et Dibatoumania. Les aménagements sont constitués de plusieurs seuils en maçonnerie de moellons composés d’un déversoir, de pertuis de vidange et d’un seuil de désenclavement en radier circulable de 3 mètres de large en face des villages de Kolondikoye et Tranguilé.

Ainsi, en plus du facteur protection contre les eaux de ruissellement, les 18 seuils réalisés dans les localités de Dibatoumania, Kolondikoye, Kabaya et Diallan vont améliorer considérablement les rendements de la culture de riz pratiquée dans la zone. Au total, près de 55.000 emplois seront créés pour une population totale bénéficiaire près de 16.000 personnes. Le coût de l’ensemble des travaux est estimé à près de 4 milliards FCFA.

Autre localité, autre réalité ! A Kamankolé, c’est la culture maraichère qui domine. Longtemps confronté au phénomène de la sècheresse, ce village de Danfagabougou est en train de reprendre son activités économique. D’abord aménagé à partir de 1974 par un ancien Gouverneur de Kayes, le périmètre irrigué villageois de Kamankolé a été réhabilité et agrandi dans le cadre du PGIRE I. De 20 hectares initialement, la superficie a été portée à plus de 27 hectares. Le PGIRE II est ensuite intervenu en 2017 pour réaliser le branchement de la station de pompage du périmètre irrigué. Ce qui a permis d’alléger les charges d’exploitation de plus de 50%. Au cours de ces 6 dernières années, plus de 3500 tonnes réparties entre le maïs, l’oignon et le manioc ont été produites. Ce qui a considérablement amélioré les conditions de vies des populations bénéficiaires et plus particulièrement les femmes.

Siege de l'omvs

  • Immeuble OMVS, Rocade Fann Bel-air Cerf volant
    B.P 3152 Dakar-Fann (Sénégal)
  • (+221) 33 864 01 63
  • (+221) 33 859 81 82
  • omvssphc@omvs.org

Newsletter