Partenariat : l’OMVS et l’AFD conjuguent leurs efforts pour améliorer le suivi de la ressource en eau

Le Haut-commissaire de l’OMVS, Monsieur Hamed Diane Séméga a procédé ce 08 juillet à la signature de la convention de subvention du projet de suivi et de contrôle de la ressource en eau (SCREEN). La cérémonie de signature a eu lieu au siège de l’OMVS, en présence de son Excellence Monsieur Philippe LALLIOT Ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie.

Le projet SCREEN est financé par l’Agence française de développement à travers une subvention d’un montant de 656 millions CFA, soit un million d’euros, afin de renforcer l’OMVS en matière de gestion durable de la ressource en eau et de l’environnement par la création d’outils de suivi, de connaissances et de renforcement de capacités modernes.

L’intervention comporte deux volets principaux : le suivi et la production de connaissances sur les ressources en eau grâce à l’utilisation de données satellitaires ; le renforcement de la connaissance des facteurs polluants liés aux activités d’orpaillage dans le bassin du fleuve Sénégal.

Grace à la mobilisation d’appui technique et d’expertises, SCREEN vise à cerner les équilibres socio-économiques autour de l’orpaillage dans le bassin versant d’un affluent du fleuve Sénégal (la Falémé), caractériser la pollution du milieu naturel par le mercure et le cyanure, et mettre en place des mesures préventives pour lutter contre celle-ci et la hausse de la turbidité. Le projet permettra aussi de renforcer les systèmes de suivi hydrologique à l’œuvre dans le bassin pour le suivi des hauteurs d’eau et débits de rivière grâce à l’apport de données satellitaires, et renforcer la formation des cadres de l’OMVS et des services hydrométéorologiques nationaux des quatre pays (Guinée, Mali, Mauritanie et Sénégal) pour la prise en main de ces nouveaux outils de suivi. 

« La gestion concertée exige l’équité et la transparence. Pour répondre à ces exigences, le Haut-Commissariat a développé, au fil des ans, des outils techniques de gestion et de planification », a rappelé le Haut-commissaire. « Les structures françaises de recherche et de développement ont beaucoup contribué à leur élaboration », a-t-il ajouté.

L’Ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie, Monsieur Philippe Lalliot a, quant à lui, salué les efforts fournis par l’OMVS en matière de gestion des ressources partagées.

Cette convention permettra à l’OMVS « de se doter de ce qu’il y’a de mieux en matière de suivi spatial de la ressource » a-t-il souligné. Le projet prévoit en effet de recourir à l’hydrologie spatiale, une technique qui permettra de disposer de données plus nombreuses, plus fines, et à des fréquences plus rapprochées, tant du point de vue spatial que temporel.

L’autre composante du projet, relative à la caractérisation de l’orpaillage sur la Falémé, constitue une priorité pour l’OMVS. Cet important affluent, la Falémé, qui concentre environ 25% des ressources en eau du fleuve doit être régulé avec la construction du barrage de Gourbassi, dont le contrat commercial vient d’être signé. Or la pratique d’un orpaillage sauvage menace l’intégrité et même la survie de ce cours d’eau vital.

Avant de quitter son hôte l’Ambassadeur Lalliot a réaffirmé « la volonté de la France de continuer à être présente aux cotés de l’OMVS dans les années à venir » pour relever les défis liés à une gestion rationnelle du fleuve Sénégal.

Siege de l'omvs

  • Immeuble OMVS, Rocade Fann Bel-air Cerf volant
    B.P 3152 Dakar-Fann (Sénégal)
  • (+221) 33 864 01 63
  • (+221) 33 859 81 82
  • omvssphc@omvs.org

Newsletter