L’orpaillage dans la Falémé : une menace très sérieuse sur les ressources en eau

La Falémé, principal affluent du fleuve Sénégal, connait une dégradation de la qualité de ses ressources en eau et des écosystèmes associés. Cette situation est causée par l’utilisation d’engins et de produits chimiques aux effets dévastateurs. C’est ce qui ressort des constats faits par une mission du Haut-Commissariat de l’OMVS conduite pour animer des ateliers de sensibilisation des acteurs sur les impacts des activités d’orpaillage dans le Bassin du fleuve Sénégal. C’était courant novembre à Kédougou (Sénégal) et Kayes (Mali). Outre le danger pour la santé des populations, ces activités menacent les ressources aquatiques et végétales, perturbent les régimes hydraulique et hydrologique, ainsi que la qualité des eaux et la fiabilité des données de mesure. En un mot, la catastrophe écologique pointe à l’horizon.

Sur le plan environnemental, le danger principal émane de la pollution due à l’utilisation des dragues pour fouiller le lit du fleuve, et du mercure dans le traitement du minerai. Il faut pointer par ailleurs la déforestation, l’agression du sol et l’utilisation de produits chimiques.

Sur le plan de la cohésion sociale, le péril est tout aussi grand en raison de la promiscuité engendrée par la forte concentration humaine qui crée des problèmes de consommation de drogue, de prostitution et même de banditisme. En plus, il est en train d’impacter négativement sur l’agriculture du fait de l’abandon de cette activité par beaucoup de jeunes.

Au vue de ces constats, les participants à cette mission se sont accordés sur la nécessité et l’urgence d’entreprendre des actions vigoureuses pour enrailler l’impact négatif des activités d’orpaillage sur le fleuve Sénégal. Première priorité : améliorer et harmoniser les cadres législatifs existants des secteurs de l’eau, des mines et de l’environnement des Républiques du  Mali et du Sénégal. Il faut également mettre en place une brigade mixte (Mali-Sénégal) de surveillance des activités d’orpaillage dans le bassin du fleuve Sénégal, en général, et dans la Falémé, en particulier. La mission a par ailleurs recommandé l’application des textes interdisant le dragage et l’usage de produits chimiques dangereux tels que le Cyanure, le Mercure, et certains acides.

Eradiquer l’orpaillage clandestin dans la Falémé, en particulier et promouvoir les techniques d’orpaillage à moindre impact sur l’environnement sont également les solutions préconisés contre ce problème.

Pour que toutes ces recommandations soient appliquées, il faut mettre en place un cadre de concertation des différents acteurs pour une gestion intégrée du bassin de la Falémé, selon la mission. Le Haut Commissaire de l’Omvs, très alarmé, prévoit d’aller personnellement sur le terrain pour s’imprégner de la situation et porter le plaidoyer auprès des Etats.

Siege de l'omvs

  • Immeuble OMVS, Rocade Fann Bel-air Cerf volant
    B.P 3152 Dakar-Fann (Sénégal)
  • (+221) 33 864 01 63
  • (+221) 33 859 81 82
  • omvssphc@omvs.org

Newsletter